Browsing All Posts published on »juillet, 2010«

On pense à des affaires

juillet 28, 2010

0

On pense à des affaires. On pense qu’on nécessite tel, mais pas l’un ou l’autre. Ou… je ne sais pas t’étais… vacant ce matin. Absenté. Tu respirais pas de l’air, tu brulais de l’oxygène. Avant, on s’imaginait les trous dans les rues bouchés. Mais les vacances de la construction reviennent, fatalement et tu restes aussi […]

Toucher dieu (lire Nikon D300)

juillet 28, 2010

4

Non, je ne suis pas en train de me tapper un trip fanatique banal comme dans les romans de Stephen King. Non hier j’ai eu l’admirable chance de pouvoir toucher à la Mecque plus ultra des appareils photos selon mes standards: Le Nikon D300. Bon pour la petite histoire, j’ai réçu (presque) en héritage de […]

Le poète qu’ils m’appellent…

juillet 24, 2010

0

«On a mis quelqu’un au monde, on devrais peut-être l’écouter» -Un groupe qui se passe vraiment de présentation «Tiens, c’est le poète qui passe!» qu’on disait lorsque je passais entre les cubicules. «Sti de poète à marde» que j’aurais dû entendre plutôt que de m’illusionner de leur admiration ou encore de leur soutiens. Parce que […]

[Herbier de l’incomplétude]

juillet 21, 2010

0

La chaleur n’aura pas été trop forte. Elle n’aura pas fait fondre la ville, n’a pas arrêté l’exil des voitures, n’a su désanligner les astres, ne m’a même pas effacé. Un après-midi (comme on en clône à la douzaine) où tout s’enlumine de dorure, où tout, dans le silence, flotte. Tu nages sur un fleuve […]

Compléter l’incomplétude

juillet 12, 2010

0

Les choses que l’on complète (où je parle de moi pour faire chier) C’est devenu mon objectif. Je poste parfois ici des extraits de cet Herbier. Je ne sais pas pourquoi d,ailleurs il faut que je le finisse. Il n’a peut-être même pas de fin. (Comment pourrais-je compléter l’incomplet? C’est un peu comme pleurer dans […]

Cubicule

juillet 7, 2010

1

Névroses, peurs, catatonies On vit tous dans des cubes. Les limites de nos cubicules sont comme les limites de notre univers. On ne voit pas au-delà des murs de nos cubicules. Et nous sommes tous branchés les uns aux autres par des fils plus fort que l’interdépendance, la joie, l’amour. Mais on ne voit jamais […]