Toucher dieu (lire Nikon D300)

Posted on 28 juillet 2010

4


Non, je ne suis pas en train de me tapper un trip fanatique banal comme dans les romans de Stephen King. Non hier j’ai eu l’admirable chance de pouvoir toucher à la Mecque plus ultra des appareils photos selon mes standards: Le Nikon D300. Bon pour la petite histoire, j’ai réçu (presque) en héritage de mon père son vieil appareil photo argentique Minolta et depuis je suis tombé en amour avec la photographie. Totalement je veux dire c’est presque obsessif je réfléchis en cadrage, en plan et en angle depuis. Des fois je fais des rêves où je suis moi-même une caméra dans l’univers et que je peux tout capter. Bref, un truc bien assez métaphorique et métaphysique comme lien avec la photographie. Mais, les réalités des choses changent (duh?!) et m’est venu l’idée bien grossière qu’il était temps que je passe à l’ère numérique. Principalement vu l’innacessibilité des chambres noires. Mais, ça coûte très cher. Et, malgré que je sois si privilégié de ne pas crever littéralement de faim grâce à mon emploi, je ne gagne cependant pas un salaire assez conséquent pour pouvoir avoir un vrai bon appareil photo. Parce que, le truc avec les appareils plus bas de gamme c’est qu’ils sont construits pour des gens qui n’y connaissent rien et qui ne savent aps comment fonctionne les Iso, le nombre F ou la vitesse d’obturation ou encore comment focussé. On se retrouve donc avec un appareil qui fait automatiquement la moitié du travail et souvent de plus mauvaise manière que ce que j’aurais pus faire manuellement. Ce qui, franchement, me rebute. J’ai bien sûr commencé à empiler un peu d’argent mais si peu que c’en est presque décourageant et la vie étant ce qu’elle est, on dirait qu’elle s’occupe personellement à contrecarrer tous les plans que t’ose faire. (réparations, incendies, loyer, etc… vous voyez le portrait).

Or hier, j’ai touché cet appareil photo et ce fut quelque chose comme un déclic. (Je me juge pour ce jeu de mots douteux) .  J’ai compris qu’il fallait que je fasse de la photo. Et peut-être toucher dieu (lire Nikon D300) encore une autre fois et peut-être posséder dieu (lire Nikon D300). Ce serait ma foi fort sympathique…

L’expérience fut bonne. Au début je me sentais un peu maladroit, je ne faisais que des photos floues mais rapidement j’ai retrouvé mes réflexes argentiques. Et ce fut si bien! exactement ce que je cherchais comme sensation: c’est-à-dire que je ne m’adaptais pas vraiment au fonctionnement de l’appareil mais plutôt le contraire. J’étais comblé. J’ai bien hâte de voir le résultat final des quelques clichés que j’ai pris hier.

Sur un autre ordre d’idée, écouter du Nat King Cole en mangeant des ramens et en lisant du Dostoïevski, c’est un clash culturel à refaire le plus souvent possible. Juste pour l’incongruité de l’image que ça fait dans ma tête.

Publicités
Posted in: Avis