Un peintre de « matantes » et de backstore d’Ikea

Posted on 27 mai 2011

2


Non, la peinture n’est pas morte. Mais elle n’est plus l’Art. En fait elle est sous respirateur artificiel. On essai de la faire vivre encore quelques années… mais bientôt elle ne sera plus là. Il n’y aura plus de place que pour le Design et la publicité. L’illustration voilà ce qui remplacera la peinture. je le dit et j’en suis affligé, je ne vois aps de cas de figure où je n’ai pas raison. À commencer par ma propre expérience en Arts. Mes deux années de DEC se sont soldés par une Épreuve Synthèse où j’ai naïvement fait une peinture. et je croyais naïvement qu’elle était belle et bien réaliser. en vérité je me trompais. Le «bien réalisé» n’est pas suffisant. Je la croyais touchante. Le « simplement touchant» n’est suffisant. La peinture n’est plus suffisante. Pour l’élite de mes professeurs et du comité qui jugeaient pour une expositions éventuelle extra-corpus, non ce n’était pas suffisant.

Tant de temps et d’effort soldés par le néant d’enfermer cette toile dans le fond de mon garde-robe. Je la trouve profondément laide maintenant. Parce que je la sais indigne de l’art actuel (très différent de l’art contemporain). Cet art du radicalement nouveau  mais du pareil au-même. Art adolescent qui comme son âge veux revendiquer son identité en étant pareil comme les autres (il en est toujours ainsi) et laissant les rêveurs et les étourdis (comme moi) à devoir supplier les galeries, modifer ses toiles, vendre des croûtes «de bon goût» dans le dernier temple du trend de mauvais goût, assez bon pour la famille et pour les ammeublements untel qui tiennent des toiles dans leur backstore.

Ce n’est pas triste. C’est seulement une constatation, une réalité. Je ne figurerais pas dans un livre d’histoire jamais. Trop bon à rien. A échoué littérature, à fini moyen en Art. C’est recyclé en fonctionnaire. C’est ça la limite.

Il faudrait continuer. Poursuivre. J’ai l’impression d’être à la poursuite de moi. Et de m’être fait dépouillé. Pourquoi j’en veux aux gens choisis (rappellons-le, l’élite de mon DEC) pourquoi leur en veux-je de les avoirs tant aidé à poursuivre, sans le faire pour moi-même? Parce que voilà. Le beau mythe de la communauté artistique il est obsolète. C’est quelque chose que l’on nous fait croire. Il n’y a communauté qu’autour d’une personne qu’un groupe décide d’idolatrer. (Tiens, comme des adolescents).

Je ne suis plus jeune. Et je n’ai plus rien à faire ici. Demain je vais me mettre à peindre des chateaux Frontenacs. (Mensonge)

Publicités
Posted in: Art, Quotidienneté