Prospecter #1

Posted on 29 janvier 2012

0


(écrit sous la Nouvelle Contrainte )

La fenêtre surimposait la luminosité blême de la chambre, le lampadaire au plafond accolé sur les arbres à l’extérieur. Les limites de la cage jamais aussi bien exprimées que maintenant. La cage du loyer, la cage de l’ici-maintenant des routines. on en parle même pas. L’évanouissement subtil, jour après jour répété, dis-moi tu le sens aussi, n’est-ce pas? Je n’arrive plus à rien. Je me donne de nouveaux défis que je sais irréalisables. J’ai choisi quoi moi, jusqu’ici? J’ai choisi quoi moi au juste?

Je suis un ruisseau. Je ne suis pas défini par une couleur, une forme, une odeur ou une localisation. Je suis défini par ma destination: je me jetterai dans quelque chose de plus grand que moi. Parfois je rêve que je suis de l’eau, fluide, insensible et cyclique. J’m’évapore et je me condense, je me ré-évapore et me re-condense.

Bref: mon nom m’éccoeure. La solitude de ma tête est inaltérable.

Je n’est pas seul, il est identique à 7 milliards d’autres angoissés.

Publicités
Tagué: ,